Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

A perte de vue

J’adore respirer votre odeur iodée
Vos embruns mouillent mon visage
Avec mon doigt sur le sable mouillé
Je trace machinalement un message

Mer Atlantique ou Méditerranée
Pareilles mais tellement différentes
Une, si violente avec ses marées
L’autre, tranquille et rayonnante

Pour moi, vos rivages me rappellent
Tant de souvenirs bons et mauvais
Mais ma mémoire est aussi rebelle
Elle fait une sélection désormais

Mes yeux fixent la ligne d’horizon
Je suis soudain gagnée par l’émotion
Je rêve à de très lointains voyages
Partir pour tout oublier, sans bagage

M.M. – 21 janvier 2006

Un commentaire

  1. Superbe poème très nostalgique comme beaucoup d’autres…

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.