Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

Au nom de quel Dieu ?

Commençons par les croisades de la chrétienté
Poussées par le pape et par la noblesse financées
Ces armées européennes parties bouter l’infidèle
Jusqu’en Orient, hors des murailles de Jérusalem

Il y eut, aussi, la croisade contre l’hérésie
Il fallait éradiquer le catharisme en Occitanie
Par les sièges de Minerve et de Carcassonne
Par la conquête du Razès et celle de Narbonne

Vint l’inquisition au moment de la reconquista
Sous la direction de Tomas de Torquemada
Bien décidé à expulser les juifs du royaume
La dénonciation des conversos était maximum

Bien plus proche de nous, je n’oublierais jamais
L’attentat de Saint-Michel où, à une station près
Ma mère aurait été encore dans le train de la mort
Ce n’était pas son jour, pas son heure, c’est le sort

Il y en a eu tant, que je ne peux pas tout citer à Paris
Peut-on oublier l’Egypte, Madrid, Londres ou Bali ?
Je terminerais par le traumatisme de New York City
Ces scènes d’apocalypse, le World Trade Center détruit

Je crains tout fanatisme, tout extrémisme quel qu’il soit
Cette violence gratuite, aveugle, au nom de qui, de quoi ?
Moi l’athée, je suis pour le respect de chacun, la tolérance
Dans ce monde multiple, chacun est libre d’avoir sa croyance.

M.M. – 11 juin 2008

Un commentaire

  1. Le poème est de toute beauté et malheureusement tellement réaliste.

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.