Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

Bal au Crillon

Paris, un samedi, à la tombée de la nuit
Paris, un mois de novembre, sous la pluie
La limousine roule sur les Champs-Elysées
Direction la place de la Concorde illuminée

La voiture s’arrête devant ce célèbre palace
Le portier nous aide à descendre avec classe
Tapis rouge, quelques marches, hall somptueux
L’homme aux clés d’or nous reçoit très pompeux

Nous nous dirigeons vers la salle où a lieu le bal
Avec son parquet, ses dorures, ses lustres en cristal
Au fond, sur une estrade, l’orchestre joue doucement
Des serveurs passent entre les invités silencieusement

Ton nom, suivi du mien, est annoncé à notre arrivée
Tous les quatre pénétrons dans la salle d’un pas décidé
Par tes deux filles et ton petit-fils, tu es accompagné
De nombreuses personnes se retournent pour te saluer

Mon fils et ma sœur sont très intimidés, impressionnés
Par ce qu’ils voient et ils pensent vivre un conte de fée
Moi, je retrouve mes automatismes au bras de mon père
J’avais délaissé cette vie depuis le décès de mon frère

Plusieurs couples évoluent au milieu de la piste de danse
Ma sœur est magnifique, et Benjamin, quelle élégance !
Je regarde mon papa ému avec dans ses yeux de la fierté
En observant son petit-fils, lui qui deviendra son héritier.

M.M. – 30 novembre 2008

Un commentaire

  1. Ce poème fait vraiment rêver. C’est tellement bien décrit qu’on s’y croirait.

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.