01 04 2015 01 orchide e mattheo vidauban

Phalaenopsis

D’une action sur ton clavier
De ta vie, tu m’as effacée
Comme un baroud d’honneur
Un sursaut d’orgueil rageur

Au fond de toi, tu le sais
Aucun mensonge, jamais
N’a été écrit venant de moi
Je suis en plein désarroi

Tu peux peut-être oublier
Facilement ce mois passé
Dans mon cœur, il est gravé
Pour toujours, pour l’éternité

Si tu tiens tes promesses
Tu connais mon adresse
Je serais là, je t’attendrais
Le champagne reste au frais.

M.M. – 29 mars 2015

Commentaires (1)

Michèle
  • 1. Michèle | 29/03/2015
Merveilleux poème comme d'habitude.
Les mots sont bien choisis.
Je ne peux que souhaiter que celui, à qui ce texte est destiné, pourra le lire.

Ajouter un commentaire

 
×