13 06 2012 21 la celle

Une pincée de Celle

Ce n’est ni un monastère, ni un carmel
Surtout que nous sommes des infidèles
Notamment toi, d’ailleurs, n’est-ce pas ?
Moi, il n’y a qu’en toi et en nous que je crois

A peine quarante kilomètres de la maison
Pas besoin de prendre le train ou l’avion
Nichée au cœur d’un vieux village provençal
Dans cette hostellerie, dépaysement total

Tu m’avais, juste, parlé d’un dîner fin
Mais tu t’es transformé en magicien
Tu as tout prévu, une suite est réservée
Ambiance romantique et bulles rosées.

La soirée passa comme un enchantement
Notre nuit fut un simple émerveillement
Au petit matin, la séparation est inévitable
Pourtant sans toi, je me sens si vulnérable.

M.M. – 17 décembre 2014

Commentaires (1)

Michèle
  • 1. Michèle | 21/12/2014
Encore un très beau poème si romantique. Tu ne te rends même pas compte de ton talent.

Ajouter un commentaire