Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

La critique est facile

C’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité
Ou alors tout simplement de la jalousie mal placée
Et celui qui te dénigre ne t’arrive pas à la cheville
A côté de toi, il n’est que de la vulgaire pacotille

Mais je suis la seule responsable, la seule fautive
Fallait-il que je sois mal dans ma peau, dépressive
Je n’aurais pas dû répondre à l’appel des sirènes
Et me laisser, ainsi, manipuler par cet énergumène

Sa façon d’agir, comme d’habitude, c’est du cinéma
Une manipulation de plus dont je ne fais aucun cas
Pour toi comme pour moi, tout cela est du passé
C’était une erreur de parcours oubliée, pardonnée

Trop nombriliste et trop égocentrique, mauvais joueur
Pour reconnaître ses torts et que tu lui es supérieur
Je pourrais énoncer, une à une, tes nombreuses qualités
Autant physiques que morales, ce ne serait pas assez

Malheureusement, je peux faire la comparaison
Et il n’y a pas photo comme dit le fameux dicton
On peut me croire aveuglée par mon amour pour toi
Je ne suis pourtant pas la seule à penser comme ça…

M.M. – 12 janvier 2008

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.