Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

La douleur

N’auras-tu donc jamais aucun remord, aucun regret ?
A faire souffrir ainsi une personne que tu disais aimer
Indescriptible douleur qui me transperce le corps, le cœur
Tu ne te rends même pas compte que tu as fait mon malheur
Soudainement tu es apparu dans ma vie un beau jour d’août
Ils se sont immiscés un peu plus chaque jour en moi les doutes
Rien n’expliquera jamais que tu te sois joué de moi de cette façon
Horrible humiliation, que t’ai-je fait pour subir pareille trahison ?
Ce que je t’offrais : c’était mon amour, ma vie, mon âme, mon cœur.

M.M. – 31 juillet 2005

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.