Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

Quelque part

Si mon sang coule dans le nord de la France
Mon cœur, lui, bat au-delà de la Provence
Car depuis déjà de très longues années
Mes yeux regardent vers la Méditerranée

Je reste très attachée à ma Brie natale
Mais une grande partie de moi-même
Recherche la Tramontane et le Mistral
Pour l’évoquer, pourquoi pas un poème

Humer le parfum des champs de lavande
Aller cueillir les olives et les amandes
Toutes ces senteurs comme une offrande
C’est un plaisir dont je suis gourmande

Mais mon bonheur n’est vraiment total
Que lorsque de l’autre côté de la mer
J’aperçois cette imposante cathédrale
Et sur la colline, le château de Bellver

De naissance, je suis et reste francilienne
De cœur, je me sens méditerranéenne
Mais je demeure mallorquine d’adoption
En ce 02 juillet, c’est toujours ma passion.

M.M. – 02 juillet 2007

Un commentaire

  1. Magnifique poème où tu décris si bien ce que tu ressens.

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.