Généalogiste familiale professionnelle depuis 1997

Un de perdu…

Je sais, encore une fois, tu as raison
Je dois faire le deuil de cette relation
Pourtant c’est tellement douloureux
Mais, promis, je ferais de mon mieux

Quand on se verra dans quelques mois
Je donnerais le change, même à toi
Je ne m’apitoierais pas sur mon sort
Ces soirées avec toi seront un réconfort

J’ignore ce que va me réserver cet été
Mais d’avance, il y aura de la complicité
Je te promets qu’il n’y aura pas de larme
Comme toujours, tu joueras de ton charme

Retrouver ta voix douce et tes yeux noirs
Me redonneront la confiance et l’espoir
Et grâce à toi, je retrouverais ma gaieté
Près de la fenêtre une blanche orchidée.

M.M. – 08 avril 2015

Un commentaire

  1. Encore un très beau poème qui décrit à merveille tes états d’âme.

Laissez une trace de votre passage. Merci d'avance.