Martine, auteur

  • Le symbole

    Pour moi, il était bien plus qu’un porte-bonheur
    Que je chérissais du plus profond de mon cœur
    Reçu à l’occasion de la fête des amoureux
    Qui suivit, déjà, quelques jours houleux

    Aujourd’hui, il prend une tout autre signification
    Il représente la fin de mes espoirs, de mes illusions
    A tout jamais, il sera ce qu’il symbolise vraiment
    Parti dans le chagrin, dans la douleur, dans le sang

    A ce petit être minuscule, mon hommage maternel
    Que je n’oublierais jamais, à qui je resterais fidèle
    A croire qu’il savait qu’il s’annonçait au pire moment
    Et que même sa venue ne créerait aucun changement

    Bien sûr que j’aurais pu l’aimer pour deux
    Et donner ma vie pour qu’il soit heureux
    Qu’être écorché vif ne soit pas héréditaire
    Il aurait su à quel point j’aimais son père

    Maintenant je dois tenter d’oublier, faire mon deuil
    Ma vie s’est échouée tel un navire sur un écueil
    En quelques jours, j’ai perdu le Papa et son bébé
    Je me retrouve seule, complètement désemparée.

    M.M. – 25 septembre 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Mon coeur

    Loin de toi, la vie n’a aucune valeur
    Auprès de toi, ce n’est que du pur bonheur
    Un bisou de toi et tout à une nouvelle saveur
    Réveil à tes côtés et la journée change de couleur
    Entre tes bras, je n’espère que le meilleur
    Nous deux, c’est pour la vie, loin des malheurs
    Tu as réussi à conquérir mon coeur.

    M.M. – 04 août 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • S'aimer

    S’aimer pour estomper le temps
    S’aimer pour obéir à nos sentiments
    S’aimer pour calmer l’impatience
    S’aimer pour abolir la distance

    S’aimer pour oublier le passé
    S’aimer pour croire à l’éternité
    S’aimer pour braver l’ennemie
    S’aimer pour combattre la jalousie

    S’aimer pour contenter notre envie
    S’aimer jusqu’aux limites de la folie
    S’aimer et ne penser qu’à nous
    S’aimer bien au-delà de tout

    S’aimer comme des adolescents
    S’aimer jusqu’à être indécents
    S’aimer à surpasser notre plaisir
    S’aimer à intensifier notre désir.

    M.M. – 12 avril 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Ta preuve d'amour

    Pour moi, tu as vaincu la fatigue d’un jour de travail
    Pour moi, tu as vaincu une longue nuit sans sommeil
    Pour moi, tu as vaincu les mille deux cents kilomètres
    Pour moi, tu as vaincu une journée sans récupérer
    Pour moi, tu as vaincu la séparation et les larmes
    Pour moi, tu as vaincu les aléas du trajet de retour
    Pour moi, tu as vaincu une seconde nuit sans dormir
    Et tout cela pour m’offrir vingt-quatre heures de pur bonheur
    Ces quelques heures volées au temps, enfermés dans notre bulle
    A se comprendre rien qu’en échangeant un regard, un sourire
    A s’aimer de plus en plus fort, de plus en plus fous
    Au-delà des autres, au-delà de nous.

    M.M. – 29 mars 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Toi, le Rocher

    Qu’as-tu de si exceptionnel toi le rocher ?
    Pour me provoquer une telle attraction
    Déjà, avant moi, mon oncle était envouté
    C’est lui qui m’a transmis cette fascination

    Dès que je t’aperçois, j’ai le cœur qui bat
    Je me sens sur mes terres, enfin, je revis
    A chacun de mes séjours dans ce coin-là
    Je vais t’admirer et l’émotion m’envahit

    Quand je pense à toi si majestueux et si beau
    Les souvenirs me reviennent en mémoire
    Combien de clichés dans les albums-photos ?
    J’aime les regarder quand je suis triste le soir

    Sublime, tu veilles sur la vallée de l’Argens
    Les anciens te surnomment «Les Troix Croix»
    Partagé entre Le Muy et Roquebrune sur Argens
    Ta masse imposante protège et rassure à la fois

    Bientôt, je viendrais, de nouveau, me ressourcer
    Et profiter du spectacle que tu offres à nos yeux
    Avec ta couleur changeante au fil de la journée
    Surtout au soleil couchant, c’est merveilleux !

    M.M. – 25 mars 2011

    Retrouvez le forum sur ce post.

  • Les mots que tu m’inspires

    A comme Amour, sentiment très fort entre nous deux
    B comme Burlington, célèbre marque de chaussettes
    C comme Charme, tu sais tellement bien en jouer
    D comme Douceur, avec moi, tu en fais toujours preuve
    E comme l’initiale de ton nom de famille
    F comme Famille que nous espérons fondée un jour
    G comme Gourmand, tu l’es de la vie, de tout
    H comme Honnête, une de tes grandes qualités
    I comme Impatient, sûrement ton plus gros défaut
    J comme Jeanne d’Arc, personnage cher à notre cœur
    K comme Kanto, notre amie commune
    L comme Laurent, ton prénom que j’adore prononcer
    M comme Melun, ville où nous nous sommes connus
    N comme Nutella, tu en es si gourmand
    O comme Obstiné, quand tu veux quelque chose, tu ne lâches rien
    P comme Piou-Piou, surnom que tu me donnes
    Q comme Qualité, faire la liste des tiennes serait trop long
    R comme Romantique, toujours plein d’attention à mon égard
    S comme Subaru, marque de voiture qui te tient à cœur
    T comme le nom de famille de ton meilleur ami de l’époque
    U comme Unique, en tous les cas, pour moi, tu l’es
    V comme Vulnérable, derrière tes airs durs, tu l’es tellement
    W comme Wagon-lit, pour partir en voyage de noces
    X comme Xérès, vin d’Andalousie, la terre de tes ancêtres
    Y comme Yeux, les tiens ont des pépites d’or quand tu es heureux
    Z comme Zorro, une plaisanterie entre nous deux…

    M.M. – 20 mars 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Les quatre points cardinaux

    Toi, tu es originaire de l’est de la France
    La Lorraine est le lieu de ton enfance
    La place Stanislas a vu tes premiers pas
    Main dans la main avec Grand-Papa

    Moi, je suis née dans le nord de la France
    Mais plus précisément en Ile de France
    Pur produit de banlieue et j’en suis fière
    Briarde qui reste toujours fidèle à sa terre

    J’habite l’ouest depuis quelques années
    Mais je ne m’habitue pas à la Vendée
    Et j’avais mis ma vie entre parenthèses
    Heureusement que l’océan m’apaise

    Depuis trente ans, tu résides dans le sud
    Même si d’y déménager t’a semblé rude
    Maintenant, tu y es heureux, c’est ta vie
    Là, tu as le soleil, la mer et tous tes amis

    Mais c’est de l’autre côté des Pyrénées
    Qu’on rêve, tous les deux, de nous fixer
    Car la fière Espagne coule dans ton sang
    Et règne sur mon cœur depuis longtemps.

    M.M. – 14 mars 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • 4 - 4

    Le titre n’a aucun rapport avec la Loire-Atlantique
    Ni avec l’indicatif pour appeler les britanniques
    Avec le mariage et les noces de topaze, nullement
    Pas plus qu’avec l’Histoire et le débarquement

    Cela nous donne huit en les additionnant
    Nous trouvons zéro en les soustrayant
    Le résultat final est un en les divisant
    Et seize en multipliant ces deux quatre

    Une voiture tout terrain, on peut y penser
    Match nul au foot ou au tennis, égalité
    Les doses d’un gâteau facile à réaliser
    La taille d’un violon ? Quelle idée !!!

    Il s’agit seulement d’une date anniversaire
    Effectivement, il y a quatre mois en arrière
    Dans mes mails, je recevais un simple message
    Qui allait m’offrir le bonheur et bien davantage.

    M.M. – 04 mars 2011

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Clermont Bonheur

    Trop pressés pour attendre les fêtes de fin d’année
    C’est en Auvergne qu’on a décidé de se retrouver
    Et être ensemble pour notre premier mois à fêter
    En ce premier samedi de décembre ensoleillé

    C’était sans compter sur notre impatience innée
    Finalement prendre la route vendredi a été décidé
    Malgré le temps mitigé et ta fatigue de la journée
    C’est au cœur d’une nuit froide qu’on est arrivé

    Nos retrouvailles mieux que je les avais imaginées
    Enfin blottie dans tes bras, tendrement enlacés
    Tant attendu le premier contact, le premier baiser
    Et contre ta chaleur, ma timidité s’est envolée

    Une fois dans cette chambre d’hôtel enfin trouvée
    Moment émotion avec cette médaille qui va nous lier
    Quelques heures de repos, au chaud, bien méritées
    Puis tendre tête-à-tête pour notre petit-déjeuner

    Promenade main dans la main, nos doigts entremêlés
    Fous-rires, confidences, et surtout réelle complicité
    Des instants magiques, nos regards qui restent soudés
    Puis vint samedi soir, mais là, la porte est fermée !

    M.M. – 11 décembre 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Bientôt ensemble

    Là-bas, loin de nos bases
    Au cœur des vieux volcans
    Un froid samedi d’automne
    Rien que nous sur ce parking
    Enlacés, seuls au monde
    Noyés dans notre bonheur
    Tant souhaité ce moment

    M.M. – 27 novembre 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Retrouvailles

    Toi, jeune homme un peu foufou
    Moi, adolescente bien trop sage
    Toi, déjà tout d’un jeune loup
    Moi, réservée, un peu sauvage

    Que tu fascines ou que tu insupportes
    Tu ne laissais personne indifférent
    Elèves, professeurs ou surveillantes
    Tu sortais du lot, indéniablement

    Les filles étaient toutes folles de toi
    Les garçons rêvaient de te ressembler
    Dans la cour de récré, tu étais le roi
    Certains sûrement devaient te jalouser

    Quelques unes déploraient ton chahut
    Qui, soi-disant, dérangeaient les cours
    N’étaient-elles pas simplement déçues
    Que tu ne leur accordes qu’un bonjour

    Puis cette newsletter dans mes mails entrants
    Emanant d’un site d’anciens copains d’école
    Par manque d’intérêt, par manque de temps
    Qu’habituellement, vaguement, je survole

    Mais là, ces nom et prénom m’interpellent
    Ma curiosité étant plus forte que ma timidité
    Je me permets d’envoyer un message virtuel
    Auquel, vite, je reçois une réponse inespérée

    Et oui, plus d’un quart de siècle s’est écoulé
    Mais le contact reprend comme ininterrompu
    Nos vies n’ont pas été celles qu’on avait rêvées
    Maintenant, il faut rattraper le temps perdu…

    M.M. – 11 novembre 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Madame la Présidente

    Il faisait un superbe temps estival
    En ce samedi après-midi automnal
    Direction les monts du Limousin
    Où je te sais au bout du chemin

    Après les trois concerts de cet été
    Celui-ci était vraiment inespéré
    Pas très proche mais pas assez loin
    Pour que je reste dans mon coin

    Très sympathique l’accueil reçu
    De loin, tu nous avais aperçues
    Tu t’apprêtais à faire la balance
    Entre ambiance et connivence

    Après le dîner pris en ta compagnie
    Instant magique, moment béni
    On a rejoint la table d’honneur
    Devant la scène, face au chanteur

    Et pendant toute cette journée
    Au fond de moi ma timidité rangée
    Car ont été mis de manière évidente
    Mon rôle et statut de Présidente !

    M.M. – 09 novembre 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Clap de fin

    Au moment où la Jeanne rentre au port
    Toi, tu perds ton combat contre la mort
    Et cette froide et austère chambre d’hôpital
    Est, malheureusement, ta dernière escale

    Depuis ton départ, je traîne dans la ville
    Ta tendresse me manque, attention fragile
    Et j’en frissonne dans cette rue barbare
    Pourtant revêtue de ton long manteau noir

    Hécate habite chez moi depuis ce jour-là
    On joue à des jeux de société mais sans toi
    Cette idée d’organiser une boum est ridicule
    Je fais de la résistance, je reste dans ma bulle

    Le gitan me dit que c’est une année à méduses
    Et elles créent un vent de panique ces intruses
    Le juge me parle de meurtres dans un domicile
    Le toubib me conseille une nouvelle vie, facile…

    Mais te voilà redevenu poussière, mon ange
    Et je devrais trouver le grand pardon, étrange
    Face à cet ogre qui nous a pris le fils préféré
    Toi croqueur de vie, ta dernière cabriole est ratée

    Notre passion d’amour a perdu son bras de fer
    Ces spécialistes avaient la tête du tueur, l’enfer
    La vie n’est jamais ni blanche, ni bleue, ni rouge
    Mais une poursuite implacable, fallait que ça bouge

    Sur le fil, tu espérais arriver à vaincre cette maladie
    Comme le K2, la Dame-Jeanne ou la Transamazonie
    Comme une répétition, un aide-mémoire, encore Jeanne
    Toi, Prince de Hombourg et libertin, est-ce ta courtisane ?

    Ce fleuve capricieux que fut la vie de cet homme voilé
    C’était une affaire de goût pour le double de ma moitié
    Comme les marins perdus, je reste la fille dans l’azur
    Moi fleur bleue vouloir toi, jamais plus toujours, je le jure.

    M.M. – 01er août 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Le Faubourg du bois

    Tu as bercé toute mon enfance
    Papy travaillait dans ton quartier
    De génies, tu as vu la naissance
    Ebénistes, sculpteurs, menuisiers

    Au Moyen-âge, tout a commencé
    Tes artisans du bois s’installèrent
    Alors, par leur Abbesse, protégés
    Des ateliers d’artistes se créèrent

    Pour réaliser leurs chefs-d’œuvre
    Des gouges, des ciseaux à bois
    Dans leur art, de vrais orfèvres
    Ayant souvent pour client, le roi

    On se souvient de grands noms
    Boulle, Oeben, Riesener, Roubo
    Toujours, estampilles de renom
    Chez Fouquet ou à Fontainebleau.

    M.M. – 30 avril 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Qui perd, gagne

    J’ai perdu mon enfance
    J’ai perdu mon insouciance
    J’ai perdu ma grand-mère
    J’ai perdu mon grand-père

    J’ai perdu toutes mes illusions
    J’ai perdu toutes les occasions
    J’ai perdu mon oncle préféré
    J’ai perdu mon toutou adoré

    J’ai perdu mon meilleur ami
    J’ai perdu aussi à la loterie
    J’ai perdu la joie de vivre
    J’ai perdu l’envie de rire

    J’ai perdu d’avoir donné
    J’ai perdu foi en l’amitié
    Mais là je suis déterminée
    Avec toi, je vais gagner !

    M.M. – 30 mars 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Espérer

    Espérer plus de bonheur
    Espérer moins de noirceur
    Espérer bien plus d’humanité
    Espérer moins de méchanceté

    Espérer un séjour de rêves
    Espérer entre nous une trêve
    Espérer plein de complicité
    Espérer des souvenirs d’été

    Espérer un retour à la vie
    Espérer vite revoir ma Brie
    Espérer des jours meilleurs
    Espérer moins de malheur

    Espérer dès aujourd’hui
    Espérer la fin des ennuis
    Espérer moins de soucis
    Espérer la fin de la survie.

    M.M. – 27 mars 2010

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Amants éternels

    C’était un soir de grandes marées
    Il était dix-neuf heures tapantes
    Soudain, la sonnette de l’entrée
    Les visites ne sont pas si courantes

    En ouvrant la porte, tu es apparu
    Regard d’acier, mâchoire crispée
    A ton habitude, tout de noir vêtu
    Noire aussi la nouvelle annoncée

    Après de si nombreuses années
    Et tant d’obstination à nous nuire
    Un vice de procédure, elle a trouvé
    Elle a, enfin, réussi à nous désunir

    Bien sûr, elle croit avoir gagné
    Une vilenie de plus à son crédit
    Si elle pense nous avoir séparés
    Erreur : notre amour est infini

    On garde au doigt nos alliances
    Entre toi et moi, rien n’a changé
    De cette mégère, on s’en balance
    Dans notre cœur, on est mariés.

    M.M. – 03 mars 2010

     

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Mathieu, Marcel, Jean

    Jamais ces trois prénoms déclarés à l’état-civil
    A la mairie, il n’y aura aucun acte de naissance
    C’est la cruelle réalité de ma vie : je suis stérile
    Un manque horrible, une insupportable absence

    Aux yeux des gens, nous sommes des sous-femmes
    Nous n’existons pas ou si peu : quantité négligeable
    A part nos intimes, on feint d’ignorer notre drame
    Pour les autres, nous sommes limite infréquentables

    A la télévision, dans les magasins, dans les journaux
    Tout est fait pour nous rappeler, sans cesse, ce vide
    Reportages récurrents sur la natalité et son haut niveau
    La quinzaine Bébé et en librairie, multitudes de guides

    L’égoïsme des parents et leur famille tout à leur bonheur
    Les futures mères qui se pavanent avec leur gros ventre
    Sans penser aux femmes comme moi et à notre malheur
    De l’attention de tout le monde, elles en sont le centre

    Le pire est sûrement les réflexions faites par ces personnes
    Du genre : «Tu n’y connais rien, tu n’as jamais eu d’enfant»
    Je me renferme sur moi-même pour éviter les fanfaronnes
    Je vis, en silence, avec ma souffrance de ne pas être Maman.

    M.M. – 21 janvier 2010

     

    Rejoignez le forum sur ce post.

    EnregistrerEnregistrer

  • Royal et impérial

    De la succession de Louis VI à Napoléon III
    Tu connus deux empereurs et tant de rois
    Tu es notre passé, tu es notre mémoire
    Te visiter, c’est ouvrir un livre d’Histoire

    Le siècle des lumières te laissa dans l’ombre
    Cela t’a évité de vivre des heures sombres
    Au profit de ce grand palais de pacotille
    Sans mémoire, vide comme une coquille

    Se promener dans tes jardins et tes allées
    C’est comme un voyage dans le passé
    Du jardin anglais jusqu’au grand canal
    De l’étang à l’escalier en fer à cheval

    Nous continuons à remonter le temps
    Par le grand parterre fleuri au printemps
    Du Jeu de Paume à la Porte du Baptistère
    De la Porte Dorée à la Galerie des Cerfs

    Par la salle de bal, poursuivons notre visite
    Motifs du plafond et du plancher à l’identique
    Puis traversons la galerie François Premier
    Et rendons nous à la Chapelle de la Trinité

    Tu nous livres quelques uns de tes secrets
    Ta chapelle double et ton théâtre oublié
    Sans omettre l’assassinat de cet écuyer
    On voit sa cote de maille ensanglantée

    Tu as vécu nombre de décès princiers
    Des mariages, des signatures de traités
    Ainsi que plusieurs naissances royales
    Et tu abrites aussi l’appartement papal

    Un des grands moments douloureux
    S’est déroulé dans la Cour des Adieux
    Napoléon saluant sa garde après son abdication
    Qu’il venait de signer sur ce petit guéridon

    Tu es tellement immense, j’ai dû en oublier
    Huit siècles d’Histoire qui me font rêver
    De la forteresse médiévale au château renaissance
    Tu as devant toi encore une longue existence.

    M.M. – 29 mars 2008

    Rejoignez le forum sur ce post.

  • Dimanche matin

    Des croissants, du café, du jus d’orange
    La maison est tranquille et silencieuse
    Sur le balcon, on aperçoit une mésange
    L’heure est matinale mais si précieuse

    Mais le temps passe vite dans tes bras
    Ce midi, les enfants viennent déjeuner
    Il va bien falloir nous arracher des draps
    Je dois tout préparer avant leur arrivée

    Après la douche, on déguste un petit café
    Nos mains se touchent par-dessus la table
    Les yeux dans les yeux, nos regards rivés
    On retient le temps qui passe, inéluctable

    Un dernier baiser et tu files acheter le pain
    A ton retour, tu m’offres de jolies fleurs
    C’est tout toi, prévenant et tellement câlin
    Encore, grâce à toi, un matin de pur bonheur

    M.M. – 17 mars 2008

    Rejoignez le forum sur ce post.