Mes poèmes

Verano

En ce samedi tellement beau
Et l’été s’annonce très chaud
Toi et moi, nous prenons l’auto
En direction de Porto Cristo
D’abord, déjeuner dans un resto
Au menu, Pa Amb Oli et Laccao
Ensuite, une balade en duo
Sur le port admirer les bateaux
Le soleil nous brûle la peau
Une jolie journée de repos
Mais déjà l’appel du Merendero.

M.M. - 01 septembre 2019

Rejoignez le forum sur ce post.

 

Chonchon

Chonchon

Juin, premier jour du mois
Un seul regard m’a suffit
Malade depuis si longtemps
Petit corps tellement amaigri 
Y a pas 05 ans que tu naissais…

M.M. - 15 Juin 2019

Rejoignez le forum sur ce post.

Si près, tellement loin

Depuis deux jours, tu es à quelques kilomètres de moi
Et pourtant, je n’ai reçu aucun signe de ta part
Même la sortie «Vidauban» qui s’annonce deux fois
Ne te dit vraiment rien ou tu as perdu la mémoire ?

Il y a deux ans, nous nous retrouvions au même endroit
Celui-là même où tu te situes aujourd’hui samedi
Déjà ce jour-là, tu m’avais tenue à l’écart loin de toi
Je subissais aussi l’organisatrice et sa jalousie

Et cette tablée qui t’accaparait, pour qui se prennent-ils ?
Ils pensent être tes ami(e)s et que tu leur appartiens
Et préfèrent ignorer qui je suis moi, c’est vraiment puéril !
Mais tu les utilises car pour toi, ils ne sont rien…

Je crois qu’il ne faut pas que j’essaie de comprendre
Je dois tourner la page une bonne fois pour toute
Quarante ans de ma vie à rayer, un avenir à apprendre
Il me faut te supprimer de Facebook et continuer ma route.

M.M - 29 septembre 2018

Rejoignez le forum sur ce post.

Pourquoi ce silence ?

Où est passée notre complicité ?
Et mon 06, tu l’as, aussi, oublié ?
L’été dernier, tu ne m’as pas calculée
Et celui-ci, complètement zappée

Mais pourtant, je n’ai pas rêvé
Regards et fous-rires échangés
Ta main sur ma cuisse à un déjeuner
Caresses et massages pour me relaxer

Un dimanche de mars notre aparté
Frites et autres desserts partagés
Dans ma vie, tu savais t’imposer
De moi, tu disais ne rien ignorer

Mais alors, entre nous, qu’est-il arrivé ?
As-tu quelque chose à me reprocher ?
D’un seul coup, je n’ai plus existé
Vendredi prochain, vas-tu te manifester ?

M.M. - 22 septembre 2018

Franc…. oui…. mais non….

Tu t’es permis de le juger.
Tu t’es permis de le critiquer.
Tu t’es permis de me conseiller.
De le zapper, de le jeter.

Mais toi, qui es-tu ?
Pour qui te prends-tu ?
Mais toi, tu t’es vu ?
Et dire que je t’ai cru !

Du faux, tu es le maître
Tout est dans le paraître
Je regrette de te connaître
En moi, la rage tu as fais naître

Tu prônais la fidélité
Tu prônais l’honnêteté
De moi, tu t’es bien moquée
2014, à croire que j’ai rêvé.

M.M. - 01 septembre 2018

Partir

Depuis quelques temps, j’y pense
De plus en plus chaque jour
Déménager, quitter la Provence
Nous en avons fait le tour
Rien ne nous retient ici
J’étouffe, je manque d’air
Je me sens comme en prison
Loin d’ici apaiser ma colère
Ne plus ressentir de tension
Retrouver ma joie de vivre
Que j’ai perdue désespérément
De nouvelles choses à découvrir
Après un ménage en grand !

M.M. 16 février 2018

10 ans plus tôt, 10 ans déjà

Par la faute de tes silences
Tu voles la fin de mon enfance
Pourtant je ne veux pas oublier
Tes mots pris en sténo par Mémé

Tu as bien enrichi mon vocabulaire
D’hydromel et de napalm en vers
Et ce chapiteau ne peut pas s’envoler
Face à la fenêtre de cuisine de Pépé

Je veux me souvenir tout le temps
De t’avoir aperçu vers les Champs
Je ris encore de ton arrivée en retard
En ce samedi après-midi banlieusard

Je chéris, dans mon coeur, très fort
Ces dix années comme un trésor
A trop de naïveté et trop d’illusions
Je me protège en coupant le son.

M.M. - 31 octobre 2016

Lloseta

Lloseta

Le 04 septembre de l’année dernière, je faisais ta connaissance
La vie reprenait grâce à toi, tu étais, pour moi, signe d’espérance
On t’a soustraite à mon amour bien trop tôt, bien trop rapidement
Sans explication, sans remord, sans excuse, malheureusement
Et je me retrouve dans le plus grand désarroi, tellement perdue
Tu n’étais qu’une petite canichette innocente, si fragile, si menue
A toi, ma Lloseta, à jamais tu fais partie de ma famille, de ma vie.

M.M. 04 septembre 2016

Rejoignez le forum sur ce post.

L’espace d’un instant

Il me semblait tout à fait inimaginable
De ne plus penser à lui quelques heures
Et pourtant, dimanche, ça a été faisable
Il est sorti de ma tête, voire de mon cœur

Aussitôt reprise par cette atmosphère
Estompés ces cinq derniers mois
Je perçois cette ambiance familière
Et je me trouve face-à-face avec toi

Sans m’en rendre compte, j’oublie tout
Sauf le principal, la raison de ma présence
Le clan se reforme, s’agrandit autour de nous
On retrouve naturellement notre connivence

L’après-midi et la soirée filent bien trop vite
Arrive l’heure de la séparation, des au revoir
Une fois, rentrée, son existence semble insolite
Encore une fois, j’ai été piégée sans le vouloir.

M.M. – 18 juillet 2015

Espoirs déçus

La découverte de la Sardaigne
Serait trop douloureux pour moi
De nouveau, mon cœur saigne
Seule l’île de Mallorca me guérira

Encore une fois, je vais m’y réfugier
Comme toujours, elle me soignera
Et je pourrais ainsi me ressourcer
Sillonner ses paysages m’apaisera

Revoir des endroits que je connais
Me sentir, enfin, revivre, renaître
Retrouver mes repères à jamais
Et repousser tout mon mal-être

Etre pour un temps moi-même
Ne plus avoir à donner le change
Dans ce beau paradis que j’aime
Nostalgie et espoir se mélangent.

M.M. – 04 juillet 2015

Mon champion du monde

J’ai toujours préféré des ténébreux
Possédant de beaux yeux charbon
Toi, tu es châtain foncé de cheveux
Et ton regard est couleur céladon

Je ne suis jamais allée dans ton pays
Ayant toujours privilégié l’Espagne
Je vais m’y intéresser dès aujourd’hui
En franchissant d’autres montagnes

Ce qui est très troublant pour moi
C’est que tu résides sur une île, ton île
L’histoire se répète encore une fois
Jamais d’abord la péninsule et ses villes

Nous avons les mêmes centres d’intérêt
Les voyages, le tennis, la photographie
Tout ce que je découvre de toi me plait
Apprendre ta langue va être un gros défi

Tout a commencé par une usurpation
Mais, cela aura permis une jolie amitié
Je t’appelle gentiment mon champion
Et à la fin du mois, tu vas encore gagné.

M.M. – 09 juin 2015

Quiproquo

En ce jour anniversaire
Je reçois un message
Et commence la galère
Tout n’était que mirage

Mais cette photo de toi
Je m’y attache doucement
Au fil de ces deux mois
Tu es tellement séduisant

Mais le doute s’insinue
Trop d’incohérences
Ses paroles incongrues
Je retrouve ma méfiance

Je mène mon enquête
Tu es toi mais pas lui
Je découvre sur le net
La réalité et tes ennuis

Sur ce, je le dénonce
Aussitôt je t’en averti
Merci pour ta réponse
Deux victimes réunies.

M.M. – 24 avril 2015

Un de perdu...

Je sais, encore une fois, tu as raison
Je dois faire le deuil de cette relation
Pourtant c’est tellement douloureux
Mais, promis, je ferais de mon mieux

Quand on se verra dans quelques mois
Je donnerais le change, même à toi
Je ne m’apitoierais pas sur mon sort
Ces soirées avec toi seront un réconfort

J’ignore ce que va me réserver cet été
Mais d’avance, il y aura de la complicité
Je te promets qu’il n’y aura pas de larme
Comme toujours, tu joueras de ton charme

Retrouver ta voix douce et tes yeux noirs
Me redonneront la confiance et l’espoir
Et grâce à toi, je retrouverais ma gaieté
Près de la fenêtre une blanche orchidée.

M.M. – 08 avril 2015

Phalaenopsis

Phalaenopsis

D’une action sur ton clavier
De ta vie, tu m’as effacée
Comme un baroud d’honneur
Un sursaut d’orgueil rageur

Au fond de toi, tu le sais
Aucun mensonge, jamais
N’a été écrit venant de moi
Je suis en plein désarroi

Tu peux peut-être oublier
Facilement ce mois passé
Dans mon cœur, il est gravé
Pour toujours, pour l’éternité

Si tu tiens tes promesses
Tu connais mon adresse
Je serais là, je t’attendrais
Le champagne reste au frais.

M.M. – 29 mars 2015

Rejoignez le forum sur ce post.

Trop beau pour être vrai

Tu arrivais tout droit du pays des caribous
Tu me disais avoir traversé l’Atlantique
Tu évoquais ton avenir en disant «nous»
Avec ton beau visage de romantique

Ce jeudi, tu m’as contactée par un site pro
Moi qui pourtant avais érigé une armure
Tu es parvenu à me séduire avec tes mots
Tes écrits ont réussi à fissurer mon mur

Mais beaucoup trop de zones d’ombre
Sont venues obscurcir un futur inespéré
Dont je n’arrive plus à compter le nombre
Et je n’ai plus que mes yeux pour pleurer

Après des années de drames et d’affliction
J’aspirais à cette vie que tu disais m’offrir
Chez toi tout n’était que charme et séduction
Au final, tu ne parvins qu’à me faire souffrir.

M.M. – 08 mars 2015

EnregistrerEnregistrer

Entre Grand et Petit Rhône

Entre Grand et Petit Rhône

Quelle jolie idée, la Camargue au Nouvel An
En amoureux dans notre jolie cabane de gardian
Loin du monde, ni d’internet, ni d’appel entrant
Seul le bruit du mistral nous berce tendrement

Que tu avais belle allure sur ton cheval blanc
Nous avons fait le tour du Vaccarès doucement
Pour admirer et photographier les jolis flamants
Sans oublier les fiers taureaux d’un noir luisant

A Aigues-Mortes, découverte des marais salants
Aux Saintes-Maries, on prie la patronne des gitans
Le passage par le Bac du Sauvage est très amusant
La croisière sur le Tiki III reste un grand moment

Tu as organisé ce petit séjour en peu de temps
Tu souhaitais un endroit original et marquant
Nous retrouver en tête à tête était important
Mais on rejoint la famille en ce premier de l’an.

M.M. – 12 janvier 2015

Rejoignez le forum sur ce post.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Une pincée de Celle

Une pincée de Celle

Ce n’est ni un monastère, ni un carmel
Surtout que nous sommes des infidèles
Notamment toi, d’ailleurs, n’est-ce pas ?
Moi, il n’y a qu’en toi et en nous que je crois

A peine quarante kilomètres de la maison
Pas besoin de prendre le train ou l’avion
Nichée au cœur d’un vieux village provençal
Dans cette hostellerie, dépaysement total

Tu m’avais, juste, parlé d’un dîner fin
Mais tu t’es transformé en magicien
Tu as tout prévu, une suite est réservée
Ambiance romantique et bulles rosées.

La soirée passa comme un enchantement
Notre nuit fut un simple émerveillement
Au petit matin, la séparation est inévitable
Pourtant sans toi, je me sens si vulnérable.

M.M. – 17 décembre 2014

Rejoignez le forum sur ce post.

Mi amor

Depuis toujours, tu illumines mi vida
Tu me redonnes l’envie et la fuerza
Nous avançons sur le même camino
Grâce à toi, chaque jour est un sueño
A tout moment, tu hantes mi cabeza
En l’avenir, tu me rends la esperanza
Partager ton quotidien illumine mi cielo
A jamais, je vois mon avenir contigo
Il y a longtemps, tu as pris mi corazón
Notre amour ressemble à una pasión.

M.M. – 06 décembre 2014

Tu n’es pas non plus ce que tu écris...

«Je te connais mieux que personne !»
Et c’est vrai et tu m’impressionnes
Je ne peux rien te cacher, aucun tracas
Tu devines même ce que je ne te dis pas

«¡ Hola ! ¿ qué tal ?»
Prononcé dans ce parc provençal
Résonne encore à mes oreilles
Et mon après-midi, tu ensoleilles

«Dimanche, il ne viendra pas !»
Et tu tiens tellement que je sois là
Finalement, tu auras bien deviné
J’espère en être enfin débarrassée

«Tu es toute bronzée»
Ces simples mots que tu as exprimés
Sonnent comme une réconciliation
Après ces jours d’incompréhension.

M.M. – 30 novembre 2014

Souvenirs de Cadaquès

Souvenirs de Cadaquès

Au pays des infantes, tu me traites comme une princesse
Si tu sais ne pouvoir les tenir, tu ne me fais aucune promesse
Tu connais tout de moi et tu en es si fier, tout de mes faiblesses
Les instants que je passe avec toi sont ma plus grande richesse

Avec moi, tu fais preuve de tolérance, de patience et de gentillesse
Ta voix m’apaise, me calme, elle agit sur moi comme une caresse
Tu me convaincs que le pire est derrière, tu ne veux plus de tristesse
Tu es sûr qu’il a compris et plus jamais, il ne provoquera ma détresse

De tous mes désirs et de toutes mes envies, rien qu’à toi, je confesse
Parfois, il faut bien le reconnaître, avec toi, je peux être une diablesse
Tu aimes mes délires, mes idées les plus folles, tu aimes ma jeunesse
Et le plus précieux à mes yeux et mon oxygène, c’est ta tendresse.

M.M. – 18 octobre 2014

Rejoignez le forum sur ce post.