Mon champion du monde

J’ai toujours préféré des ténébreux
Possédant de beaux yeux charbon
Toi, tu es châtain foncé de cheveux
Et ton regard est couleur céladon

Je ne suis jamais allée dans ton pays
Ayant toujours privilégié l’Espagne
Je vais m’y intéresser dès aujourd’hui
En franchissant d’autres montagnes

Ce qui est très troublant pour moi
C’est que tu résides sur une île, ton île
L’histoire se répète encore une fois
Jamais d’abord la péninsule et ses villes

Nous avons les mêmes centres d’intérêt
Les voyages, le tennis, la photographie
Tout ce que je découvre de toi me plait
Apprendre ta langue va être un gros défi

Tout a commencé par une usurpation
Mais, cela aura permis une jolie amitié
Je t’appelle gentiment mon champion
Et à la fin du mois, tu vas encore gagné.

M.M. – 09 juin 2015

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

Michèle
  • 1. Michèle | 10/06/2015
Très beau poème ! Mais de qui parles-tu ?
nanouche
  • 2. nanouche | 10/05/2016
Très joli poème , mais qui est ce mystérieux champion ?
Martine
Merci Nanouche.
C'est une longue histoire.... Et cela aurait pu être une belle histoire....

Ajouter un commentaire